Schéma directeur cyclable, modes doux et mobilités active

Engagé en faveur de solutions de mobilité alternative au tout-voiture, Immergis vous accompagne dans le développement des mobilités actives (Schéma directeur vélo et étude d’implantation d’aménagements) sur votre territoire !

 

Notre équipe dédiée aux problématiques de mobilités et d’aménagement du territoire, vous apporte son expertise et ses expériences en matière de mobilité et de transport en lien avec l’aménagement de l’espace, dans l’optique d’une réduction de l’empreinte carbone.

Nous intervenons en assistance à maitrise d’ouvrage :  diagnostic de l’existant,  concertation, études de faisabilité, élaboration de Schémas directeurs (cyclables, mode actifs),… à l’étude d’implantation véloroute et à la mise en œuvre de la compétence Autorité Organisatrice des Mobilités (définit par la loi LOM de décembre 2019).

La Loi d’Orientation des Mobilités (décembre 2019), renforçant le Plan Vélo de 2018, permet aux collectivités de devenir les véritables acteurs des mobilités douces sur leur territoire (Autorité Organisatrice des Mobilités) en se dotant d’outil de planification des aménagements, en proposant des services élargis (locations vélos, plate-forme de covoiturage,…) et de sensibilisation pour une pratique plus accrue des modes actifs (piéton, vélo,…) dans les déplacements.

Immergis est votre partenaire, EPCI, villes et lauréats ou non lauréats de l’appel à projets « Fonds mobilités actives », dans la mise en œuvre du schéma directeur :

  • diagnostic de la pratique, des aménagements,
  • scénarii,
  • programmation pluriannuel d’investissement,
  • plan de communication,
  •  développement des services connexes,
  • concertation citoyenne, …

L’équipe pluridisciplinaire d’Immergis, composée de géographes, de spécialistes des mobilités, d’experts en ingénierie VRD, de géomaticiens, de juristes (cabinet d’avocats partenaire) est à votre disposition pour remplir les objectifs fixés : tripler la part modale du vélo dans les déplacements du quotidien d’ici 2024, en passant de 3 à 9 %.